Fédération des acteurs de la solidarité Auvergne-Rhône-Alpes

CP – 27/11/2019 La Fédération des Acteurs de la Solidarité Auvergne-Rhône-Alpes soutient le Collectif Hébergement en Danger

La Fédération des Acteurs de la Solidarité Auvergne-Rhône-Alpes soutient le Collectif Hébergement en Danger
Ce jeudi 28 novembre, le collectif lyonnais Hébergement en Danger appelle à manifester. Le parcours débutera à 14h00 au 20 rue du Lac à Lyon, pour se terminer devant la Préfecture du Rhône à 16h00.

Pourquoi cette manifestation ?

En octobre 2019, les services locaux de l’Etat ont annoncé une évolution structurelle du secteur de l’hébergement. Celle-ci vient remettre en cause un principe fort de l’hébergement d’urgence pourtant indiqué dans le code de l’action sociale et des familles (articles L 345-2-2), celui de l’inconditionnalité de l’accueil. En effet, à compter de novembre 2019, l’accès aux places d’urgence des personnes avec des droits limités (« sans papier », ressortissants européens…) se fera selon des critères restreints de vulnérabilité :
– Familles avec enfants de moins d’un an,
– Personne atteinte d’une maladie grave ou d’un handicap,
– Femme enceinte de 6 mois et plus.

A la lecture de ces critères, on peut présumer qu’une famille à la rue avec un enfant de plus d’un an, qu’une femme enceinte de 3 mois ne pourront pas accéder à un hébergement, car estimées comme non vulnérables. Dans le même sens, on ose à peine imaginer le cas d’un homme isolé à la rue et sans papier… celui-est condamné à le rester.

Au-delà des critères qui conditionnent l’accès à l’hébergement, les modalités d’hébergement vont évoluer. La durée de la « mise à l’abris » est fixée à deux mois. A l’issue de cette période, une évaluation de la situation sera réalisée pour décider du maintien ou non dans l’hébergement. Là encore, un principe fondamental est dénié : celui de la continuité de l’accueil et de l’hébergement (article L 345- 2-3 du CASF).

Pourquoi nous soutenons les travailleurs sociaux et le collectif hébergement en danger ?
Les travailleurs sociaux sont, après les personnes sans-abris et les personnes accueillies en hébergement d’urgence, les premiers touchés par ce durcissement dans l’accès et le maintien dans
l’hébergement. Ce sont eux qui réalisent les maraudes, qui accompagnent et sont en contact quotidien avec les personnes sans-abris. Avec l’instauration de ces nouveaux critères, et la réévaluation de la vulnérabilité des personnes, les travailleurs sociaux sont mis à mal dans leur mission d’accompagnement, qui est le coeur même de leur métier.

Comment aller vers les personnes à la rue, alors même qu’aucune solution d’hébergement ne pourra leur être proposée ? Comment construire avec une personne, une relation de confiance, un projet de vie alors que celle-ci, si elle est hébergée, est sur un siège éjectable tous les deux mois ?

Ces changements marquent un recul dans l’accès au droit à l’hébergement des personnes dans le Rhône et ne permettent pas de respecter un droit fondamental qu’est le respect de la dignité humaine.

C’est pourquoi nous comprenons et soutenons ce mouvement des travailleurs sociaux, et nous appelons les autorités de l’état, mais aussi métropolitaines à la discussion pour trouver des solutions
respectant les droits et la dignité des personnes sans abri.

Contacts Presse

Pascale Blanchetière – Déléguée régionale
06 83 05 59 59 pascale.blanchetiere@federationsolidarite.org

Fanny Gagnaire – Coordinatrice Régionale Hébergement / Logement
06 52 94 61 12 fanny.gagnaire@federationsolidarite.org

Télécharger la version PDF du communiqué de presse

 

La Région Auvergne-Rhône-Alpes soutient la Fédération des acteurs de la solidarité Auvergne-Rhône-Alpes