Fédération des acteurs de la solidarité Auvergne-Rhône-Alpes

Actualités et ressources

Les origines du Housing First, de New-York vers un déploiement mondial du modèle

Le modèle « Housing First Pathway » est expérimenté aux Etats Unis depuis 1992 par l’équipe du docteur Sam Tsembéris et son association « pathway to housing » à New York.

Il se développe ensuite sur l’ensemble du territoire nord Américain. Il propose un logement sans condition préalable aux personnes sans abris, qui souffrent de pathologies psychiatriques et d’addictions. C’est un contraste philosophique avec les modèles qui obligent les sans-abri à aller vers le soin en échange d’un logement. C’est une approche basée sur la réduction des risques et des dommages et sur le  choix et l’auto-détermination de la personne.

La notion d’errance est centrale, car elle fait écho à la situation vécue par les personnes souffrant de troubles psychiatriques, qui ne parviennent pas à la sortie de l’hôpital à se stabiliser en logement et à suivre le modèle en escalier.

  • Un changement de paradigme :

Les programmes Housing first représentent un véritable changement de paradigme dans le domaine de l’action médico-sociale. En effet, ils  remettent en cause la parcours en « escaliers », financé depuis les années 1970 par le gouvernement américain et par les gouvernements européens.

Source : Mr mondialisation (logement Bourgogne).

  • Le Housing First en quelques chiffres :

Aux Etats-Unis, le portage se fait sur une entrée économique de rentabilité des coûts sociaux, même dans le cadre du déploiement .

Tableau de l’étude réalisée en 2008 sur 140 personnes à Philadelphie

Dès 2009, l’administration Obama avait engagé une politique fédérale de lutte contre le sans-abrisme et pour l’accès au logement (Homeless Emergency & Rapid Transition to Housing Act). Elle a créé un fonds de prévention des expulsions (Homeless Prevention Fund). Elle soutient le modèle de Housing First pour les SDF chronicisés. Mais cette vision hors parcours résidentiel, reste encore à déployer…

  • Quelques exemples dans le monde :

Suite aux expériences américaines et canadiennes, les pouvoirs publics de plusieurs pays décident de financer les programmes de type Housing first. Pour certains pays, ce programme annonce la volonté d’en finir avec le  sans-abrisme et de porter une une politique dite « zéro SDF » (Finlande, Suède)

Australie : Le gouvernement a consacré des fonds substantiels à une série d’initiatives visant à lutter contre le sans-abrisme en construisant des appartements urbains de haute qualité (combinés avec un soutien intensif) pour les sans-abri. Le gouvernement a également financé le programme Street to Home. C’est un service de liaison hospitalier conçu pour aider les sans-abri admis dans les services d’urgence a être en lien avec les professionnels du logement accompagné.

Canada : Le programme « At home » financé de 2008 à 2013 a répondu activement aux besoins en matière de logement en proposant des programmes de logement prioritaire aux personnes atteintes de maladie mentale qui vivent sans abri. Dans son Plan d’action économique 2013, le gouvernement fédéral du Canada a proposé de verser 119 millions de dollars par année de mars 2014 à mars 2019 – 600 millions de dollars en nouveaux fonds – pour renouveler sa stratégie de partenariat pour les sans-abri. Le modèle Housing First a gagné en popularité au Canada et est utilisé dans de nombreux plans décennaux canadiens pour mettre fin au sans-abrisme

Finlande : En 2007, le gouvernement a lancé un programme spécial pour éliminer le sans-abrisme en Finlande d’ici 2015.

Belgique : le programme Housing first Belgium se fonde sur les critères d’efficacités et d’efficience » .

 Retrouvez l’article Du Housing first au « un chez soi d’abord »

Retrouvez l’article Le logement d’abord et le « Un chez soi d’abord » en région Auvergne-Rhône-Alpes

 

 

Information

Cette entrée a été publiée le 19 juin 2017 par dans logement.

Notre adresse

04 37 70 19 19